Le sens du bois

Le bois est un élément très utilisé dans l'habitat. Que ce soit pour l'ossature de la maison, la charpente, le sol, l'ameublement, les finitions, les portes..., il est tout autour de nous. Bon marché, écologique, beau... Le bois a beaucoup pour plaire. Mais comment appréhender ce matériau énergétiquement ? Comment pouvoir l'utiliser au mieux ? N'étant pas spécialiste sur les différentes essences et leur spécificité, je vous partage ici les principes de base, qui, à ma connaissance, sont très utiles lorsque l'on utilise du bois pour son habitation. Car mal employés, et de mauvaise vibration, les bienfaits du bois peuvent devenir une source de pollution importante pour votre environnement. Le bois vient de l'arbre. L'arbre, comme toutes les plantes a un sens énergétique. Poussant vers le ciel, l'énergie monte en cosmique du bas vers le haut. La partie basse est alors de polarité négative, tellurique, ou réceptrice et la partie haute positive, cosmique ou émettrice. Si l'on se place devant le bout d'une poutre, on se sentira soit repoussé en arrière (face émettrice) soit attiré vers le bois (partie réceptrice). Voilà une première polarité. (cf. illustration) Tous les végétaux, en poussant, enregistrent un nord et un sud. Aussi, la face sud d'un arbre est émettrice et la face nord réceptrice. Face sud on se sent repoussé, face nord attiré. (cf. illustration) Une fois que nous avons compris cela, le champ des possibles devient très vaste pour bien employer ce matériau. Par exemple, si nous devons utiliser des poutres pour notre plafond, on cherchera à avoir la partie visible (face au sol de la pièce) la partie réceptrice. De cette façon on va ouvrir la pièce vers le haut. L'inverse aura tendance à écraser la pièce. C'est une pollution courante en géobiologie de l'habitat. -Image- (On pourra aussi poncer les angles des poutres de façon à en réduire l'émanation.) Ensuite on testera dans quel sens positionner les bouts de la poutre. Ce sera en fonction d' où se situe le nord de la construction, on testera alors ce qui est le mieux pour la pièce. Pour un parquet, on procédera de la même façon, mais avec la face réceptrice visible. Energétiquement, le sol a une fonction absorbante pour une meilleure connexion à la terre et pour évacuer les énergies. Cependant, le bois, ayant une nature énergétique isolante, c'est un matériau à éviter pour le sol. Si vous construisez un meuble, vous pouvez aussi orienter le bois en testant ce qui correspond au mieux à ce que vous construisez (cf. voir photos). Construire ainsi a pour effet d'augmenter la qualité vibratoire de la réalisation et pour l'habitat, d'améliorer la qualité énergétique du lieu. Sur les bois bon marché en lamellé collé, il sera plus difficile de mettre cela en pratique car les lamelles ne sont malheureusement pas assemblées selon cette logique. Enfin la qualité vibratoire du bois dépend de comment a poussé l'arbre et comment il a été coupé. Un arbre violenté et mal mené, planté dans le seul but d'un rendement industriel vibrera moins bien qu'un arbre ayant eu l'espace et le temps de son développement. Cela parait évident, mais on oublie si souvent que toute chose respectée et aimée lui permet d'être dans son plein potentiel. Pour cela, on peut se renseigner sur la gestion des forêts d'où il est issu et vérifier sa qualité vibratoire au pendule par exemple. Je vous propose un petit exercice : Procurez-vous une bûche ou un bout de bois de bonne taille. Posez vous tranquillement dans votre corps. Soufflez 3 fois avec l'intention de relâcher. Sentez tout votre corps, votre axe terre-ciel : les pieds dans la terre, le dessus de la tête vers le ciel. Prenez la bûche entre vos mains comme sur la photo. Sentez ce qui se passe dans votre corps, sur sa verticalité. Sentez- vous l'ancrage s'accentuer ? (+ d'énergie dans vos pieds) Ou alors sentez- vous + d'énergie allant vers le sommet de la tête ? (sensation d'être plus léger) Inversez en gardant les mains comme pour la première partie du test. Cela change t-il la sensation dans votre corps ? Identifiez dans quel sens a poussé le bois, où était le ciel et la terre de l'arbre, d'où provient ce bois. Si vous ne sentez rien ce n'est pas grave. Ne vous découragez pas. Ressayez plus tard. Deuxième partie: Maintenez toujours la bûche dans vos mains. Sentez le mouvement de l'espace entre votre torse et la bûche. Cherche t-il à s'agrandir ? Vous sentez-vous repoussé ? L'inverse ? Déterminez le nord du bois et son sud. Pour celles et ceux qui utilisent un pendule, on regardera dans quel sens il tourne positionné au dessus du bois : sens antihoraire face émettrice, sens horaire face réceptrice. Utile pour les gros morceaux ! ;-) Bonnes expériences à vous,


 

Guillaume Perault