Les matrices


Quel que soit l’échelle où l’on regarde, elle est présente. Depuis le ventre de notre mère jusqu’aux noyaux cellulaires, de notre enveloppe corporelle aux œufs dans un nid d’hirondelles, en passant par nos habitations tout comme les lieux dans lesquels nous évoluons, de la Terre au Système Solaire, des Galaxies jusqu’aux confins de l’Univers, partout il y a une matrice, elle-même siégeant à l’intérieur d’une autre matrice…


L’observation de ces différentes matrices permet de révéler un point commun à celles-ci, soit une structure de forme sphérique ou ovoïdale, laquelle est reconnue comme celle qui permet une circulation et une économie d’énergie optimale. En ce sens, il serait d’ailleurs avantageux de vivre dans des lieux à la structure similaire, un peu à la façon des habitations hobbits dans ‘Le Seigneur des Anneaux’, puisque cela permettrait d’économiser jusqu’à 80 % d’énergie thermique, et par conséquent électrique et fossile. On peut même aller plus loin en imaginant que de futures découvertes technologiques et ingénieriques puissent s’intégrer harmonieusement à ce nouveau type d’habitation, comme des circuits hydrauliques continus et des panneaux solaires non-invasifs, pour développer ainsi une autonomie énergétique dans chaque foyer… Un vrai rêve éveillé !

D’un point de vue cosmique, ce même phénomène de renouvellement et d’optimisation énergétique est également présent : rien ne se perd, tout se transforme. Par exemple pour les trous noirs, dont celui qui siège au centre de notre galaxie, aussi effrayants soient-ils pour notre mental qui n’arrive pas appréhender ce concept d’absorption de la matière, lumière et espace-temps compris, il semble toutefois que de telles entités permettent notamment le maintien à niveau des éléments qui l’entourent grâce à leur force gravitationnelle gargantuesque, sans quoi notre galaxie finirait par s’étioler dans le vide intersidéral. Comme un trop plein permet d’éviter que déborde l’eau d’un évier, les trous noirs absorbent et détruisent ce qui n’a plus raison d’être assurant par cela la cohésion de ce qui est. Est-ce que tout cela est réellement réduit à néant, ou bien repart dans les canalisations cosmiques pour servir de potentiel énergétique disponible à la création de nouvelles choses, alimentant ainsi un continuum infini… ? Dieu seul le sait.


Une autre source d’inspiration venant du cosmos est celle des nébuleuses. Là encore, c’est l’économie d’énergie qui règne en principe sacré puisqu’en dépit de tout l’espace disponible, c’est de manière localisée que les différents éléments nécessaires se regroupent dans ces pouponnières stellaires pour la création de futures étoiles. Bien sûr à notre échelle ces localités prennent une place vertigineuse, avec par exemple la nébuleuse de l’Hélice (aussi connue sous le nom de ‘l’œil de Dieu’) qui s’étale sur un diamètre de presque 6 années-lumière, là où le diamètre de notre système solaire s’étend sur ‘seulement’ une vingtaine d’heures-lumière (en prenant comme limite la ceinture de Kuiper, objet céleste regroupant entre autres les planètes dites naines Pluton et Eris). A titre de comparaison, le diamètre de notre galaxie atteint les 106 000 années-lumière. Au-delà de cet aspect technique, il est intéressant de noter que le cosmos réunit ses créations stellaires dans un même secteur, mettant ainsi en relief le fameux adage ‘l’union fait la force’, avant que chacune des étoiles puisse éventuellement développer un système planétaire, prendre son envol, pour enfin devenir autonome et souveraine au cœur de sa propre matrice.


Voilà pourquoi l’observation des matrices et la compréhension des lois universelles qui les régissent, ainsi que la connaissance des énergies qui sont à l’œuvre en leur sein, dans quel sens elles circulent et comment elles interagissent entre elles, est une science qui mérite d’être développée pour le bien de tous sur Terre. Grâce à cela, nous pourrions par la suite développer des technologies en harmonie avec cette science, partir à la découverte d’autres matrices planétaires et interstellaires, sans perdre un temps précieux à financer des projets onéreux et énergivores.


D’ici là, prenez soin de votre propre matrice cosmogonique, celle de votre corps, réceptacle divin par excellence, et n’oubliez que quel que soit votre état du moment, partout La Matrice vous enveloppe dans les méandres pleins de grâce de ses bras éternels.